La loi interdisant l’excision expliquée aux populations de Dabakala

Publié dans Abidjan.net, par AIP nam/cmas, le 15 décembre 2011.

Bouaké, 15 déc (AIP)- Le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), en campagne de sensibilisation contre l’excision dans le département de Dabakala, a explicité mercredi la loi réprimant les mutilations génitales féminines (MGF) aux populations de la localité, où sévissent depuis le mois d’octobre l’excision, de façon endémique.  

Présidée par le préfet de DabakalaBarro Abdul Karim, la campagne de vulgarisation et d’explication portant sur le thème “la loi ivoirienne et les MGF” a permis au commandant de brigade de gendarmerie de Dabakala, Adama Fanny, de donner les détails sur la loi numéro 98-6757 du 23 décembre 1998, portant répression de certaines formes de violence à l’égard des femmes en Côte d’Ivoire … //

… Le représentant de l’UNFPA a ajouté qu’il peut y avoir au sein du foyer des problèmes psychologies et d’harmonie sexuel, de déséquilibre et de divorce, dus au faite que la femme excisée est frappée de frigidité.

Une ancienne exciseuse, Coulibaly Mariam, reconvertie au métier de matrone à la maternité de Dabakala a témoigné des difficultés endurées par les femmes excisées durant les accouchements. Aussi, a-t-elle exhorté ses ex-consœurs à abandonner la pratique de l’excision.

Le président des chefs de village de Dabakala, Dianko Coulibaly a pris l’engagement de sensibiliser les populations des six cantons de Djimini et Djamala et de faire en sorte que cesse cette pratique aux conséquences dramatiques.

“Aujourd’hui, tout le monde est sensé connaître la loi et les dangers de l’excision (…). Je veux compter sur vous pour transmettre le message aux autres”, a déclaré pour sa part le secrétaire général de préfecture de Dabakala, Nogbou Marcel, représentant le préfet de département, Barro Abdoul. (le texte en entier).

Comments are closed.