Imam Djiguiba Cissé aux couples: Refusez l’excision même si on veut vous maudire*

L’Imam Djiguiba Cissé est le président de la Fondation Djigui / La bonne espérance – Publié dans Abidjan.net, par S.S (stagiaire), le 29 novembre 2011.

Du 19 au 21 novembre dernier s’est tenue, à Abidjan, une réunion de travail du Comité interafricain (Ci-af) qui œuvre pour l’abandon des pratiques traditionnelles. Les exciseuses ont renoué avec le couteau. C’est le constat révélé pendant cette réunion. L’imam Djiguiba Cissé, président national de cette institution, dans cet entretien, dévoile les zones où la pratique persiste encore.   

Il ressort de la dernière réunion africaine sur les mutilations génitales féminines, qui s’est tenue à Abidjan, que le fléau persiste malgré les campagnes de sensibilisation. Pouvez-vous citer des cas ?

Il y a deux semaines, dans la région de Dabakala, on a été informé de l’excision de plusieurs dizaines de filles. Ce n’est pas un cas isolé. La pratique est fréquente après l’hivernage. Quand les récoltes sont faites, on organise des cérémonies d’initiation dans ce sens. Toujours est-il que nous ne devrions pas nous démotiver. Nous allons répertorier davantage les zones sensibles. Nous savons, aujourd’hui, qu’au Burkina Faso, la sensibilisation n’est plus au stade de départ. Il y a des dispositions qui ont été prises. Hormis Dabakala, il y a l’est du pays, l’ouest, chez les Yacouba et les Wê. Ce sont des zones où la pratique est courante. Ce que je voudrais préciser, c’est que ce n’est pas un phénomène lié systématiquement à la religion. A l’ouest, c’est pour des raisons culturelles et traditionnelles … //

… La question n’est-elle pas clarifiée dans le Coran?

Clarifier pour ceux qui ont des positions antinomiques. Chacun peut avoir autant de preuves. Mais, nous savons tous qu’aucune fille du prophète Mohamed n’a été excisée, même parmi ses compagnons. Or, ce sont des modèles. Dans le Coran, il est fait mention de la circoncision masculine. Mais, nulle part, on ne parle de l’excision de la femme. Dans certains traités, on fait mention d’une intervention du prophète qui a dit à celles qui la pratiquaient à Médine : ‘’n’exagérez pas lorsque vous la faites’’. Or, ce que nous voyons, c’est l’ablation du clitoris qui est faite avec exagération. Parce qu’il s’agit de sectionner l’organe même qui est un patrimoine humain. C’est une atteinte à l’intégrité physique de la fille. Il y a beaucoup d’autres choses qui me font dire que ce que nous voyons, ne peut pas être islamique. La pratique a entraîné tout le temps des morts d’homme. Pourtant, l‘islam est là pour sauver des vies. On a eu le cas d’une fille, un bébé à Yopougon qui a été excisée. Elle a perdu beaucoup de sang et est arrivée dans un état de coma. Elle allait se vider de tout son sang. C’est le médecin qui a pu la sauver. Et, il a demandé d’intensifier la lutte. N’oublions pas que 3000 ans avant Jésus-Christ, les pharaons pratiquaient l’excision. Ce n’est pas une pratique de cette nature qu’il faut perpétuer. L’ablation du clitoris, le rasage des petites lèvres et des grandes sans anesthésie sont affreux, et on va plus loin car ils les font recoudre pour ne laisser qu’un petit passage pour uriner. Quand la fille doit être mariée, il faut couper les fils pour qu’elle puisse avoir des rapports sexuels encore et dans certaines sociétés, on recoud l’appareil. Comment peut-on qualifier cela de religieux alors que la religion veut le bonheur de l’homme. le texte en entier.

Même article dans Nord-Sud du 6 décembre 2011.

* Mon commentaire: oui, mais une mère où une fille auraient davantage de courage de faire face à la tribu si aussi L’INCITEMENT à pratiquer une MFG deviendraient également punissable! Punissable d’office, ce qui veut dire, punissable même si la personne mis sous chantage morale ne porte pas plainte. C’est à l’Etat de surveiller les clans, ce n’est pas le rôle d’une femme ou d’une fille isolée.

Links – les droits des femmes sont également mentionnés dans les articles suivants:

Journée internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes – Déclaration de la Ministre de la famille, de la femme et de l`enfant, le 25 novembre 2011;

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes: la Déclaration de l’Organisation des femmes actives de Côte d’Ivoire (OFACI), le 25 novembre 2011;

L’ONU appelle à l’action politique contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre 2011;

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes! La lutte contre les Mutilations Génitales Féminines, le 24 novembre 2011; l

MR.be: Violences contre les femme, des tabous à briser, le 24 novembre 2011;

Perpignan: Les MGF, comment lutter contre cette pratique, l’Indépendant, le 25 novembre 2011: Conféfrence aujourd’hui … ;

Au-delà des mutilations génitales féminines, une émission de droits, dans MGF Toscana, le 23 novembre 2011.

Comments are closed.