PROMOTION DE LA FEMME: Augmentez le nansongo de Nestorine

Publié dans Le Faso.net, par le Fou, le 14 octobre 2011.

Femme noire, femme africaine, ô toi ma mère, je pense à toi!. Vous vous rappelez ce poème de Camara Laye? J’imagine déjà la réponse de ces phallocrates. Ni vu ni connu. Mais je compte bien faire de nombreuses copies de ce beau texte pour le distribuer à ceux qui se font les chantres de l’émancipation de la femme. Je ne suis pas fou comme mes copains le pensent. 

Vous savez pourquoi? Parce que la femme, c’est pas l’homme. Premières à se lever, dernières à se coucher, elles sont dans nos campagnes celles qui portent toute la misère du monde pendant que les hommes sont préoccupés à s’enivrer de tchapalo.

D’autres pensent faire mieux en développant tous les jours sur les radios, des thèses sur la promotion des femmes. Paroles, paroles, comme l’a dit la chanteuse française. Regardez, le ministère de la Promotion de la femme. C’est le parent pauvre dans la famille des départements ministériels. C’est au grin que mon ami d’enfance, Baba, qui travaille là-bas, me l’a confirmé. Et c’est ce que j’ai commencé à comprendre. En fait, moi j’ai toujours été sincère avec les femmes. Ce n’est pas le cas de la majorité des hommes, avec en tête les hommes politiques … //

… Qu’on me dise alors clairement l’importance de ce ministère. C’est vrai que les activités bénéfiques au bien-être des femmes peuvent relever de plusieurs ministères, notamment leur autonomisation, l’alphabétisation, la lutte contre les mutilations génitales féminines, etc. Mais, à l’allure où vont les choses, le ministère de la Promotion de la femme ressemble à un laboratoire de conception de textes et de politiques pour l’égalité des sexes. Moi, mon verdict ne peut souffrir d’ambiguïté. Si les hommes ne veulent pas donner des moyens à ce ministère, qu’ils le suppriment carrément et qu’ils reversent ses prérogatives aux autres ministères. Mais je sais qu’ils ne vont pas faire ça puisque son existence permet à l’Etat d’avoir de l’argent avec des partenaires techniques et financiers. Alors, augmentez le nansongo de Nestorine Sangaré, la ministre de la Promotion de la femme ou vous allez nous voir, mes collègues fous et moi, sur votre chemin! (le texte en entier).

Comments are closed.