Fatwa interdisant aux femmes de conduire une automobile – Mise à Jour

(en, es, arabic) – Publié dans Equality Now, le 26 Mai 2011.

Mise à jour: Militante saoudienne des droits des femmes, Manal al-Chérif a été libérée par les autorités saoudiennes le 30 mai 2011 après neuf jours en détention. Bien qu’étant une évolution positive, la fatwa interdisant aux femmes de conduire, limitant ainsi leur liberté de mouvement, n’a pas encore été abrogée et les femmes ne sont pas autorisées à conduire en Arabie saoudite. Veuillez continuer de demander au gouvernement saoudien d’abroger cette fatwa qui interdit aux femmes de conduire et viole leurs droits en vertu du droit international … //

… La FATWA prévoit:  

[... ]la question de la conduite automobile des femmes. On sait que c’est une source de vices indéniables, notamment de “khilwa” [un homme et une femme n'appartenant pas à la même famille immédiate se trouvant seuls ensemble en privé] et d’abandon du “hijab” [voile islamique]. Cela entraîne également des femmes à rencontrer des hommes  sans prendre les précautions nécessaires. Cela pourrait également conduire à commettre des actes “harams” [interdits/tabous], voila pourquoi c’est défendu. La Charia pure interdit également les moyens qui conduisent à commettre des actes tabous et considère ces actes “harams” en eux-mêmes [...] Ainsi, la Charia pure interdit tous les moyens conduisant au vice [...] la conduite automobile des femmes constitue l’un de ces moyens, c’est évident.

En 2008, après examen du rapport de conformité de l’Arabie saoudite, le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) a noté que “l’interdiction de facto pour les femmes de conduire, qui limite leur liberté de  mouvement, contribue au maintien de tels stéréotypes [discriminatoires]” et il “s’inquiète de ce que l’État partie fait peu d’efforts pour s’attaquer à de telles pratiques culturelles et à ces stéréotypes discriminatoires.” Le Comité a en outre appelé l’Arabie Saoudite à “conclure son examen de l’interdiction de conduire imposée aux  femmes.” En Mars 2009, le Groupe de travail du Conseil des droits de l’Homme chargé de l’Examen périodique universel (EPU) a dans son examen appelé l’Arabie saoudite à “abolir les lois et pratiques qui empêchent les femmes de participer pleinement à la vie de la société sur un pied d’égalité avec les hommes”, notamment les “restrictions à la liberté de circulation” et “l’interdiction pour les femmes de conduire une automobile et les restrictions à l’accès des femmes à l’emploi, aux lieux publics et aux installations commerciales.”

A la suite de la quatrième Conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes, les délégués de 189 gouvernements se sont engagés lors du Programme d’action de Beijing (1995) à “abroger toutes les lois encore en vigueur qui introduisent une discrimination fondée sur le sexe” et à “garantir la non-discrimination et l’égalité devant la loi et dans la pratique.” Dans le cadre de notre travail pour mettre fin à toute discrimination juridique et pratique contre les femmes dans monde, Egalité Maintenant exhorte le gouvernement saoudien à abroger cette Fatwa qui, en interdisant aux femmes la conduite automobile, viole leurs droits en vertu du droit international. Nous exhortons le gouvernement saoudien à libérer Manal al-Sherif immédiatement et sans condition pour qu’elle puisse exprimer pacifiquement ses opinions … (texte entier).

AGISSEZ (en anglais seulement).

Lien: Lutte contre les violences faites aux femmes: les leaders religieux s’engagent, le 29 juin 2011.

Comments are closed.