Les quartiers selon Obama, l’organisateur de communauté

Lié dans nos blogs avec Rue89. – Publié dans Rue89, par Thierry Quinqueton resp. par Barack Obama, président américain, le 18/05/2011.

Agé d’à peine plus de 20 ans en 1985, Barack Obama fut pendant trois ans « organisateur de communauté » dans le South Side, quartier déshérité de Chicago. L’objectif d’un organisateur, c’est de transformer une communauté défavorisée en un groupe de pression incontournable, avec lequel les différents pouvoirs sont obligés de négocier. Ce curieux et passionnant métier a été « inventé » à Chicago par Saul Alinsky (1909-1972).

L’article qui suit a été écrit par un Barack Obama de 25 ans pour la revue Illinois Issues en 1988, et réédité quelques mois plus tard en 1990 sous la forme d’un chapitre du livre collectif Après Alinsky*, une organisation de communauté dans l’Illinois. Un ouvrage aujourd’hui épuisé … //

… Le titre anglais de cet article est Problems and promises in the inner-city et fait naitre une première difficulté de traduction. Car, en France, le débat public s’est organisé autour du terme « banlieue », renvoyant très schématiquement à l’idée que « les riches » vivent au centre ville et « les pauvres » en banlieue. Cependant aux États- Unis, on parle des problèmes de « l’inner-city », renvoyant à l’idée non moins schématique que les riches ont déserté les centre ville pour s’établir dans des banlieues résidentielles calmes tandis que les pauvres restaient dans des quartiers de centre-ville congestionnés et délabrés.

Pour tenter de limiter le malentendu, le choix fait ici sera donc de traduire « inner-city » par « quartiers déshérités ».

L’élection de Barack Obama comme président des Etats-Unis d’Amérique a surtout marqué les esprits parce qu’il était le premier afro-américain à accéder à la Maison Blanche. Cette avancée, certes remarquable pour la société américaine, a peut-être eu tendance à masquer d’autres particularités de son parcours et notamment cette expérience de plusieurs années comme militant social et politique auprès des populations les plus démunies de son pays, ce qui le singularise pourtant, au moins autant que sa couleur de peau, vis-à-vis des classes dirigeantes, dans son pays comme ailleurs dans le monde. La traduction en français de cet « écrit de jeunesse » d’Obama se présente comme une contribution à la compréhension de la culture politique du président américain. (texte entier).

*(Saul David Alinsky dans fr.wikipedia).

Comments are closed.