Droits de l’Homme et économie sociale

Marie Cévé (Pseudonyme utilisé par un membre du Comité central de la LDH Ligue des Droits de l’Homme):

Pourquoi la LDH entend-elle réfléchir à la problématique ‘droits de l’Homme et économie sociale’? Rapprocher ces deux termes, ces deux concepts, peut paraître incongru. C’est en tout cas un défi, car c’est une problématique peu courante à la LDH. Cette contribution n’a donc pas la prétention d’être exhaustive mais se veut plutôt une réflexion et une interrogation pour lancer le débat …

(Excerpt): … Pour une esquisse de conclusion, vers un avenir mieux partagé: Pour les militants des droits de l’Homme comme pour les acteurs de l’économie sociale, la liberté n’est jamais sans limites, et le libéralisme économique conduit à construire une société où seule la loi de l’argent prévaut.


L’égalité ne peut se limiter ni à l’égalité des droits, ni à l’égalité des chances. Les individus doivent donc être traités en fonction de leurs besoins et non de leurs moyens. Une société réellement libre, fondée sur l’autonomie des individus, plus fraternelle, plus solidaire, doit permettre la construction d’une égalité réelle entre tous et toutes et assurer un « développement durable » qui réponde aux besoins présents sans compromettre l’avenir des générations futures.

Au moment où, à la veille des échéances électorales, de nombreux acteurs se
mobilisent, il est possible ensemble de construire une société économiquement
et socialement plus solidaire conciliant les aspirations globales de la société aux plans moral et social. Il est possible d’aller ensemble vers un modèle économique, un modèle social alternatifs permettant un nouveau compromis social plus juste et plus efficace.
(full text dans Hommes & Libertés N°137, janv./fév./mars 2007).
(Voir aussi leur Homepage).

Comments are closed.