axe de la paix

Le manifeste:

La souveraineté des peuples, condition préalable à l’établissement de démocraties, est aujourd’hui contestée par des membres du Conseil de sécurité des Nations unies, au mépris des principes du Droit international élaborés par les Conférences de La Haye et énoncés par la Charte de San Francisco.

Des peuples ont été privés de la liberté de choisir leur système politique, de leur identité culturelle, de la propriété de leurs ressources naturelles et jusqu’au fruit de leur travail.

Des groupes armés transnationaux, soutenus par des États, ont semé la terreur dans d’autres États pour les déstabiliser et les affaiblir. Sur la base d’imputations fantaisistes, une coalition a excipé du droit à la légitime défense pour imposer militairement des régimes complaisants à son égard, prendre le contrôle de moyens de communication, de couloirs de communication et de champs pétroliers. Des associations para-étatiques, prétendûment consacrées à la promotion de nobles idéaux, ont financé des manifestations de rues pour renverser des gouvernements.

Une idéologie de haine se répand, qui discrimine et humilie des civilisations. Elle conduit inévitablement à un affrontement. Proclamant la supériorité d’un mode de vie, elle exhorte à son expansion par la force.

La volonté de puissance et la guerre sont de retour.

Nous voulons sauver la paix internationale.

C’est pourquoi, nous invitons des intellectuels et des dirigeants politiques de bonne volonté à se rassembler et à débattre, les 17 et 18 novembre 2005, à Bruxelles, pour confronter des analyses et émettre des propositions afin de réactiver le droit international et les mécanismes de règlement pacifique des différends internationaux.

Explication:

Une logique de guerre s’impose progressivement dans les relations internationales : réarmement massif unilatéral des États-Unis ; attaque de l’Afghanistan sans avoir démontré la légitime défense ; attaque de l’Irak sous un faux prétexte, puis pillage de ses ressources ; menaces proférées à l’encontre de la Syrie et de l’Iran ; annonce d’un remodelage des frontières dans le « grand Moyen-Orient » ; développement des médias de la haine et de l’idéologie du « clash des civilisations ». Seuls les principes de l’arbitrage international et de la coexistence pacifique offrent une alternative à cette « montée des périls ».

(Lire le reste sur Axis for Peace.net).

Comments are closed.