Les effets de la FGM sur la santé: un point de vue médical

le titre originale de ce texte est en italien: Gli effetti della mutilazione sulla salute: una prospettiva medica

Lié dans nos blogs avec Give someone you never met, a gift they will never forget, avec Clinic to fight taboo of female mutilation, avec National Institute for Health, Migration and Poverty NIHMP, et avec LOVE146.org. – Publié dans NIHMP, non daté.

Extrait du chapitre « Expériences dermatologiques » dans « Mutilations Génitales Féminines : un problème nouveau et antique » Par Aldo Morrone, Directeur Général de l’INMP (ESPERIENZE DERMATOLOGICHE – volume 3 numéro 4, Octobre 2001, 413-430 – MUTILAZIONI GENITALI FEMMINILI : UN PROBLEMA NUOVO E ANTICO).

Le phénomène récent de l’immigration, qui provoquent le déplacement de millions de personnes des zones méridionales du monde vers les pays plus riches du nord, à la recherche d’un futur promettant pour eux et pour leurs enfants, a produit des changements culturels et sociaux avec des conséquences considérables même sur le plan médical. Des maladies comme la tuberculose, le paludisme, la lèpre ou les dermatoses tropicales qu’on considérait jusqu’alors disparues dans les pays industriels, réapparaissent. 

Les phénomènes migratoires ont mis en évidence dans les pays industrialisés des réalités et des habitudes qui étaient inconnues, et ont impliqué la population dans des procès multiculturels difficiles et importants. En outre très récemment, d’une manière voilée mais pas pour autant moins bouleversante, les pays occidentaux ont du se confronter sur leur territoire avec le phénomène des mutilations génitales féminines (MGF), une terminologie qui comprend de nombreux et divers rituels traditionnels … //

… 10. Conséquences et complications:

Quantifier l’exacte incidence de la morbidité et de la mortalité associées aux MGF est très difficile. Très peu d’études ont été conduites jusqu’à présent sur cet argument. A peine 10-15% des complications arrivent à l’attention du personnel médical à cause du manque de disponibilité et des difficultés d’accès aux soins médicaux, de l’ignorance, de la crainte de la loi. La plupart des opérateurs s’occupe personnellement des complications, souvent avec des conséquences désastreuses. Seules les complications plus graves sont rapportées au personnel sanitaire (23). Les complications qui requièrent une hospitalisation imposent une limitation significative sur des ressources déjà insuffisantes.

Vu que plusieurs femmes ont subi la MGF quand elles étaient encore en bas âge, elles pourraient n’avoir aucun souvenir des effets adverses immédiats. Les femmes pourraient ne pas mettre en relation les complications qui se manifestent pendant l’accouchement ou plus tard au cours de la vie avec la mutilation génitale qu’elles ont subi quand elles étaient petites. Les complications liées aux MGF pourraient être considérées comme normales et naturelles pour ces femmes, en particulier dans les populations où la MGF est quasi universellement pratiquée. Les effets de la mutilation dépendent du type de mutilation effectuée (en général l’infibulation est considérée comme la plus dangereuse de tous les types de MGF), de l’expérience de l’opérateur qui l’effectue, des conditions hygiéniques dans lesquelles l’opération est effectuée, de la collaboration et des conditions de santé de la petite fille au moment de l’opération (24). Les effets de la mutilation génitale féminine peuvent être répertoriés sur deux catégories : 1) conséquences physiques ; 2) conséquences sexuelles, mentales et sociales.

Conséquences physiques:

La mutilation génitale féminine provoque un grave préjudice aux petites filles et aux femmes, et cause souvent des conséquences immédiates, à bref et long terme, sur la santé. Les effets sur les conditions de santé dépendent de l’extension de l’incision, de la capacité de l’opérateur, de la propreté des instruments et de l’environnement, et des conditions physiques de la petite fille ou de la femme … //

… (long texte entier avec notes de 1 à 6 et une Bibliographie de 1 à 24).

Comments are closed.