Rentrée Culturelle: l’art foire à Versailles

Publié sur Maverick, le 20 Septembre 2010.

Récemment, Laurent Ruquier, animateur de l’émission télévisée On n’est pas couchés, a eu cette remarque saisissante : Quand on voit le nombre de touristes mal fringués qui défilent en short dans la galerie des glaces du château de Versailles, on se demande pourquoi on fait tant d’histoires parce qu’on y expose les œuvres kitsch de Takashi Murakamie! … //

… L’art de la gauche officielle n’est pas destiné au peuple: 

En France, depuis que la gauche a envahi l’éducation, un certain « flou artistique » (c’est le cas de le dire) existe au sujet de l’art. Ce leurre n’est cependant pas nouveau, ni l’effet d’un hasard.

En politique, une semblable mystification a eu lieu au moment de la Révolution bolchévique.
Lors de ses séjours en Suisse, Lénine fit à Zurich une rencontre surprenante qui éclaire singulièrement le rôle du mouvement dada[2], une forme d’art qui n’a cessé d’inspirer les intellectuels d’extrême-gauche[3].

Absurde et loufoque, dada tend au dénigrement de l’art et de tout ce qui peut inspirer le respect. Apparu 1916 en pleine première guerre mondiale, il tenait ses réunions au cabaret Voltaire, à Zurich. Là se rencontraient des peintres, des étudiants, des révolutionnaires, des escrocs internationaux, des psychiatres et des espions. La première définition de dada est nichts (rien). Pour d’autres encore, dada doute de tout, il n’y a rien à apprendre, rien à enseigner, pas de vérité, etc.

Selon Tristan Tzara, fondateur de dada : Tous les vrais dadas sont contre dada. Le dadaïste aime l’extraordinaire et même l’absurde. Il sait que la vie s’exprime elle-même dans la contradiction. Une telle « philosophie » n’est pas négligeable pour créer les « fossés de générations[4] » et les « révolutions culturelles », tellement utiles aux changements de régimes politiques.

Dada oblige, l’art que Lénine imposa plus tard dans les pays communistes sera aussi éloigné de dada que possible, comme l’atteste l’art réaliste et socialiste d’URSS.

Mécénat ou bulles spéculatives? … (voir texte entier).

Comments are closed.