Un autre regard sur les minorités spirituelles

Reçu par e-mail: Lettre 125 par le Comité CLIMS, Mai 17, 2010   – un projet français … pour la France –

Mobilisation: Campagne du CICNS pour la création d’un Observatoire des minorités spirituelles, thérapeutiques et éducatives indépendant et compétent en remplacement de la MIVILUDES

Document à télécharger et nous renvoyer signé à CICNS, Projet d’observatoire, BP 7, 82270 Montpezat de Quercy, FRANCE.

Plusieurs milliers de signatures sont nécessaires et attendues afin de permettre à notre pays de se réveiller de sa longue errance. Merci de diffuser et manifester votre soutien (télécharger le document à signer et nous le renvoyer). Les occasions de mobilisation ne sont pas fréquentes et ont été globalement ignorées dans le passé. 

Le moment est venu de s’exprimer. Au-delà de nos différences, nous avons la possibilité de manifester, pour la première fois dans notre pays, une solidarité concrète et constructive autour de la défense de nos libertés individuelles. Cette campagne trouvera son apogée lors du Forum des 22 au 24 mai prochain à Aix-les-Bains (Le forum Spiritualité et société est une initiative de Terre-du-Ciel).

Déclaration de soutien au projet d’observatoire:

Attendu

  • qu’il existe en France, comme dans d’autres pays, un nombre croissant de groupes à vocation spirituelle, éducative ou thérapeutique qui aspirent à répondre honnêtement aux questions essentielles que se pose l’homme, à améliorer l’existence individuelle et les sociétés dans lesquelles nous vivons;
  • que quelques événements tragiques (Jonestown, Waco, Temple Solaire) ont été médiatisés et instrumentalisés de manière à créer des boucs émissaires ainsi qu’un odieux amalgame entre criminalité et spiritualité;
  • que le mot « secte », dépourvu de toute définition juridique et sociologique, est l’emblème de cette stigmatisation d’une partie de la population provoquant, en conséquence, de graves atteintes aux libertés individuelles;
  • que les pouvoirs publics ont été parmi les principaux artisans d’une généralisation de la phobie antisectes, la Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires (MIVILUDES) ayant adopté une position victimaire exacerbée, encourageant une approche résolument répressive et se dissociant du travail des principaux sociologues des religions;
  • que les parlementaires ont pour leur part déclenché plusieurs commissions d’enquête dont aucune n’a respecté le contradictoire et sont à l’origine de la publication d’une liste noire de « sectes » arbitraire et internationalement critiquée qui, malgré son absence de portée normative, constitue une référence constante auprès des services administratifs et des médias, mettant au ban de la société un grand nombre de personnes sincères et honnêtes;
  • qu’en dépit des recommandations du Ministère de l’Intérieur de passer d’une référence à des listes définies sur des a priori, à une logique visant à rechercher et qualifier juridiquement des faits qui peuvent être réprimés dans le cadre du droit positif, la MIVILUDES travaille à l’élaboration d’un nouveau référentiel qui selon son Président concernerait 600 mouvements et pratiques supposés sectaires;
  • que nous assistons à une intensification de cette politique répressive avec une fréquence accrue de descentes musclées de la MIVILUDES et des forces de l’ordre dans les groupes concernés;
  • qu’une telle politique bafoue les principes élémentaires d’une laïcité ouverte ainsi que les libertés fondamentales de pensée, de conscience et de religion inscrites dans la Convention Européenne des Droits de l’Homme;
  • que les nombreux dommages collatéraux subis par ces groupes et personnes injustement accusés de « sectes » ou de « dérives sectaires » ne sont jamais pris en considération;
  • qu’une telle politique fondée sur la rumeur et le soupçon, largement relayée par les médias, retourne de facto la société française contre une partie d’elle-même;

Les signataires de la présente déclaration demandent à Monsieur le Président de la République: … (voir le texte entier).

Comments are closed.