La laïcité militante

Lié avec Centre de liaison et d’information concernant les minorités spirituelles CLIMS. – Publié dans CLIMS /articles, par editeurs, non daté.

… Quelques réjouissantes nouvelles sur ce fond d’absurdité:

Des changements récents dans la constitution du canton de Vaud, en Suisse romande, incite le CLIMS à comparer son sort avec celui de ses homologues français. Parmi les points les plus éclairés citons:

Article 169 Principes

  • 1 L’Etat tient compte de la dimension spirituelle de la personne humaine.
  • 2 Il prend en considération la contribution des Eglises et communautés religieuses au lien social et à la transmission de valeurs fondamentales.

Article 171 Communautés religieuses d’intérêt public

  • 1 La communauté israélite, telle qu’elle est établie dans le canton, est reconnue comme institution d’intérêt public. A leur demande, l’Etat peut reconnaître le même statut à d’autres communautés religieuses; il tient compte de la durée de leur établissement et de leur rôle dans le canton.

Autrement dit, ce dernier article ouvre un espoir à des minorités telles que celles représentées au CLIMS. Celui de voir leurs efforts dans le domaine des réformes sociales mieux appréciés et soutenus.

O fortunatos nimium:**

Comme le remarquait Louis de Jaucourt (un des coauteurs de l’Encyclopédie de Diderot) à propos du pays de Vaud au XVIIIème siècle :

« Pays où la terre partout cultivée et partout féconde offre aux laboureurs, aux pâtres, aux vignerons, le fruit assuré de leurs peines, que ne dévore point l’avide publicain.

« On voit le Chablais sur la côte opposée, pays non moins favorisé par la nature, et qui cependant n’offre aux regards qu’un spectacle de misère. On distingue sensiblement les différents effets de deux gouvernements pour la richesse, le nombre et le bonheur des hommes… »

Description saisissante, d’ailleurs encore perceptible de nos jours, qui démontre les effets de deux types de pouvoir. L’un centralisateur, en l’occurrence alors la Savoie, l’autre influencé par les effets de la Réforme.

** (Premiers mots d’un poème de Virgile: « O fortunatos nimium, sua si bona norint! Agricolas! » (Ô trop heureux les cultivateurs, s’ils connaissaient leur bonheur!).

Astérix revisité:

Il suffit d’ailleurs de contempler la carte des pays membres de l’Europe pour voir à quel point ces petits bergers têtus (selon le mot d’Adolf Hitler à propos des Suisses) rechignent à s’aligner.

Dommage que le modèle européen n’ait pas adopté la démocratie directe dont jouit la Confédération suisse : des cantons souverains déléguant une petite parcelle de leur pouvoir à un collège de conseillers fédéraux, simples chargés de coordination. Les citoyens votent la plupart du temps hors parti, et choisissent le plus souvent la voie du bon sens.

Terminons cette note optimiste avec ces quelques mots de Benoît XVI sur la liberté religieuse:

« Une nouvelle réflexion sur le vrai sens et sur l’importance de la laïcité est devenue nécessaire. Il est en effet fondamental, d’une part, d’insister sur la distinction entre le politique et le religieux, afin de garantir aussi bien la liberté religieuse des citoyens que la responsabilité de l’État envers eux, et d’autre part, de prendre une conscience plus claire de la fonction irremplaçable de la religion pour la formation des consciences et de la contribution qu’elle peut apporter, avec d’autres instances, à la création d’un consensus éthique fondamental dans la société. » (Lire tout l’article).

Comments are closed.